Réalisateurs

Djibril Diop Mambéty

Fils d’un clerc musulman de Colobane, au Sénégal, Djibril Diop Mambéty est un autodidacte. Après des débuts dans le milieu du théâtre, il réalise son premier court-métrage, Badou boy en 1970. Trois ans plus tard, son premier long-métrage Touki bouki aborde le sujet de la jeunesse délaissée. Il mettra plus de vingt ans à réaliser son deuxième long-métrage, Hyènes, adapté de Friedrich Dürrenmatt. Ces deux films devaient être complétés par un dernier volet et constituer une trilogie sur le pouvoir et la folie.

Film(s) présenté(s): 

Djinn Carrénard

Djinn Carrénard est né à Port au Prince en Haïti en 1981 où il a passé une scolarité rythmée par les régimes dictatoriaux, les coups d’états militaires et les embargos économiques. Il quitte Haïti en 1992 pour le Togo puis La Guyane où il reste jusqu’à l’obtention de son baccalauréat puis va à Paris en 1998 pour suivre des études de philosophie. Les années de fac se partagent entre les amphithéâtres de la Sorbonne et les salles de cinéma de la capitale.

Film(s) présenté(s): 

Dominique Cabrera

Dominique Cabrera

Née en 1957 à Relizane (Algérie), installée en France depuis 1962, Dominique Cabrera suit des études de lettres modernes puis entre à l’IDHEC. De 1981 à 1993, elle réalise des courts métrages documentaires et aborde le long métrage en 1995 avec Demain et encore demain et la fiction en 1997 avec L’Autre Côté de la mer.

Film(s) présenté(s): 

Doris Dörrie

Doris Dörrie

Doris Dorrie est une réalisatrice, scénariste, professeur, metteur en scène d’opéras et écrivain allemande. Doris Dorrie a accédé à la notoriété en 1985, avec son grand succès Hommes, pour lequel elle a reçu de nombreux prix. Le film a marqué le début du succès de la comédie romantique qui fleurit sur les écrans aujourd’hui. Il a été suivi de tragi-comédies telles que Paradise (1986) ou encore l’adaptation internationale du best seller de Alberto Moravia, Me and Him (1988).

Dyana Gaye

Dyana Gaye, franco—sénégalaise, est née a Paris en 1975. Elle étudie le cinéma à l’Université Paris 8 où elle obtient en 1998 une maîtrise d’études cinématographiques. En 1999, elle est lauréate de la bourse Louis Lumière -Villa Médicis Hors les murs pour son scénario Une femme pour Souleymane qu’elle réalisera l’année suivante et qui sera distingué dans plusieurs festivals. En 2004, elle réalise J’ai deux amours pour le projet Paris 1a métisse et elle est finaliste du programme Rolex de mentorat artistique.

Film(s) présenté(s): 

Edgar Pêra

Edgar Pêra de nationalité portugaise. Né en 1960 à Lisbonne. Parmi ses précédentes réalisations peuvent être citées Matadouro (1991), Rio Turvo (2006), 0 Barão (2007) et One Way or Another; Reflections of a Psycho Killer(2011).

Film(s) présenté(s): 

Edgar Reitz

Edgar Reitz, né en Allemagne, est un auteur réalisateur devenu célèbre pour ses films sur la vie quotidienne contemporaine de ses concitoyens dans le Hunsrück, avec les films Heimat. Il a travaillé 25 ans à cette trilogie et la durée totale fait plus de 56 heures. Il étudie à Munich à partir de 1952. En 1957, il fonde sa société de productlon. En 1965, il crée avec Alexander Kluge, l’Institut du Cinéma à. Ulm. Il enseigne à. la Staatliche Hoshchule für Gestalung (Ecole supérieure d’Art) à Karlsruhe.

Edouard Baer

Edouard Baer

C’est au cours Florent qu’Edouard Baer fait la connaissance de la comédienne Isabelle Nanty, dont il devient l’assistant. Parallèlement à ses débuts à Canal + où il déploie son goût de l’absurde et de l’improvisation, il débute au cinéma en 1994 et  joue alors notamment sous la direction de Pascal Bonitzer, Alain Chabat, Laurent Tirard,  Claude Miller, Alain Resnais… En 2000, il écrit et réalise son premier film, La Bostella, dont il tient le rôle principal. En 2004, sort son 2ième film Akoibon avec Jean Rochefort.

Film(s) présenté(s): 

Edouard Deluc

Diplômé des Beaux-Arts, Edouard Deluc partage son travail entre photographie, musique et cinéma. En 1997, il signe un premier court métrage, Petits Enfers, avec Vincent Elbaz. Passionné de musique, il commence à réaliser des vidéos et collabore, entres autres, avec Louise Attaque, Tété, Mickey 3D ou encore Jean-Louis Murat... Un second court métrage en 2002, Je n'ai jamais tué personne, avec Jean-Jacques Vanier et Elina Löwensohn, est sélectionné dans de nombreux festivals et sera diffusé sur France 2.

Film(s) présenté(s): 

Eliane de Latour

Eliane de Latour est anthropologue, cinéaste et directrice de recherche au CNRS. Elle porte un regard de l'intérieur sur les mondes fermés que l'on repousse derrière une frontière physique ou sociale. Ce travail commence par un film sur les personnes âgées dans les Cévennes Le Reflet de la vie. Peu à peu guidée par la fiction inhérente au réel, elle réalise Contes et décomptes de la cour sur des femmes cloîtrées dans un harem au Niger (prix Georges Sadoul et Gold Hugo Award au festival de Chicago).

Film(s) présenté(s): 

Elie Wajeman

Après avoir suivi des études de théâtre et de cinéma à l’université, Elie Wajeman entre à La Femis dans le département scénario. Il est l’un des lauréats d’«Emergence» et réalise des courts métrages. Alyah, son premier long métrage, est sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs en 2012 et reçoit le prix du Public aux lectures du festival Premiers Plans d’Angers. Les Anarchistes était le film d’ouverture de la Semaine de la Critique à Cannes en 2015.

Film(s) présenté(s): 

Elise Girard

Après des études de Langues Etrangères Appliquées, Elise Girard obtient sa maîtrise de Techniques et Langage des Médias, spécialisée en écriture de scénario à La Sorbonne Paris IV, son mémoire de fin d’étude portant sur Cléo de 5 à 7 d’Agnès Varda. C’est la rencontre avec Jean-Max Causse et Jean-Marie Rodon, qui la lie depuis 1997 aux cinémas Action pour lesquels elle deviendra attachée de presse et programmatrice.

Elsa Diringer

Elsa Diringer est née en 1982 à Strasbourg et a grandi à Montpellier. Après une prépa littéraire et un master en études cinématographiques à l'université Paris 8, elle travaille comme assistante son sur des films d'Alain Resnais, Nicole Garcia, René Féret… En 2009, elle réalise son premier court-métrage, Ada, sélectionné au Festival de Clermont-Ferrand en compétition nationale. Suivront de nombreux courts-métrages réalisés au sein du collectif Tribudom qui travaille avec les habitants des quartiers dits sensibles du Nord-est parisien.

Film(s) présenté(s): 

Emilie Deleuze

La réalisatrice française Emilie Deleuze est née le 7 mai 1964 à Nogent-sur-Marne. Elle est la fille du philosophe Gilles Deleuze. Après un premier court-métrage, Un homme faible, en 1984, elle se forme à la réalisation à la Fémis. En 1994, elle réalise pour Arte le téléfilm L’incruste, avant-dernier volet de la série Tous les garçons et les filles de leur âge , qui la fera connaître. En 1999, son premier long-métrage, Peau neuve , est présenté au Festival de Cannes dans la section « Un certain regard ». Son second film, Mister V.  est sélectionné au Festival de Locarno en 2003.

Film(s) présenté(s): 

Emmanuel Finkiel

Après avoir été premier assistant de nombreux réalisateurs, dont Tavernier, Kieslowski et Godard, Emmanuel Finkiel passe à la réalisation avec trois films : Madame Jacques sur la Croisette, Voyages et Casting qui reçoivent un accueil unanime à travers le monde et de nombreux prix. En 2008, il obtient le prix Jean Vigo avec son deuxième long métrage Nulle part terre promise.

Emmanuel Gras

Emmanuel Gras est un réalisateur français. Particulièrement intéressé par l’aspect visuel du cinéma, il a étudié l’image à l’E.N.S Louis Lumière. Ses films traitent de sujets de société contemporains tout en suivant des partis-pris formels radicaux.

Emmanuel Mouret

Emmanuel Mouret est né à Marseille en 1970. Il monte à Paris pour suivre des cours d'art dramatique et entre à la FEMIS, dans la section réalisation dont il sort diplômé en 1998. Son film de fin d'étude, Promène-toi donc tout nu ! bénéficie d'une sortie en salles en 1999 et dès ce premier coup d’essai, le cinéaste impose un ton et un univers. Héritier de Rohmer, Guitry et Woody Allen, Emmanuel Mouret joue souvent le rôle principal de ses films, il incarne ainsi aux côtés de Marie Gillain le héros de son premier long métrage, Laissons Lucie faire (2000).

Film(s) présenté(s): 

Emmanuelle Bercot

Emmanuelle Bercot

Tandis qu’elle suit des études à La Fémis, Emmanuelle tourne notamment Les Vacances, court métrage qui remporte le Prix du Jury à Cannes en 1997 et La Puce, son film de fin d’études, (1999), récit audacieux du dépucelage d'une adolescente par un homme d'âge mûr. Ces deux  films, très remarqués, révèlent Isild Le Besco.  Menant, en parallèle, une carrière d'actrice, Emmanuelle Bercot s'attribue le rôle principal de son premier long-métrage, Clément, celui d'une trentenaire transie d'amour pour un garçon de 13 ans.

Ernesto Daranas Serrano

Ernesto Daranas Serrano est né en 1961 à La Havane. Il y termine des études de pédagogie et de géographie en 1983. Il réalise son premier documentaire en 2004 Los Ultimos gaiteiros de La Habana avec lequel il obtint le prestigieux prix international du journalisme "Rey de Espana". La même année, Daranas réalise La Vida en rosa dont la critique sociale, incroyablement surréaliste se voit offrir de nombreuses récompenses dans les festivals. Ses thèmes majeurs sont toujours, sous une forme ou une autre, la prostitution, la misère ou encore l'absence du père, qui imprègnent la société cubaine.

Film(s) présenté(s): 

Estelle Larrivaz

Estelle Larrivaz a commencé sa carrière comme comédienne au théâtre, après avoir suivi le cours Florent.

Pages

Share