Réalisateurs

Guillaume Brac

Diplômé de la Fémis en production, Guillaume Brac travaille d’abord comme assistant-réalisateur, notamment sur les films Parc de Arnaud des Pallières et Un baiser s’il vous plaît d’Emmanuel Mouret. Il co-fonde la société Année Zéro avec laquelle il réalise et produit un court-métrage Le Naufragé en 2009, puis un moyen-métrage Un monde sans femmes en 2011. En 2013, Guillaume Brac réalise son premier long métrage, Tonnerre.

Film(s) présenté(s): 

Guillaume Nicloux

Guillaume Nicloux est un écrivain, réalisateur de cinéma et acteur français, né le 3 août 1966. Guillaume Nicloux débute sa carrière de réalisateur en dirigeant des acteurs célèbres tels que Anémone dans Les Enfants volés (1990) puis Michel Piccoli et Arielle Dombasle dans le téléfilm La Vie crevée (1992). Attiré par les univers singuliers, le polar et l'oeuvre de Jean-Pierre Melville, il met en scène en 1998 Le Poulpe, et quatre ans plus tard offre à Thierry Lhermitte un rôle à contre-emploi dans Une affaire privée, un film noir salué par la critique.

Guy Maddin

Né en 1957 à Winnipeg au Canada, dans le Manitoba, Guy Maddin a remis au goût du jour le surréalisme gothique, explorant dans ses films la déviance sexuelle, la répression, la perte et la folie. Guy Maddin est diplômé en sciences économiques. Il a fait depuis 1985 neuf longs métrages et de nombreux courts, véritables triomphes de l'imagination sur les contraintes budgétaires. Ses films se déroulent la plupart du temps dans des décors semi-mythiques, dans un proche passé qui n'a jamais existé.

Film(s) présenté(s): 

Hadar Friedlich

Beautiful Valley est le premier long métrage d’Hadar Friedlich, développé dans le cadre d’une résidence à la Cinéfondation à Cannes et dont le scénario a obtenu le premier prix de la bourse d’aide à l’écriture du festival de Montpellier en 2004. Formée à la Maale Film School de Jérusalem, Hadar Friedlich a réalisé plusieurs courts métrages.

Film(s) présenté(s): 

Héléna Klotz

Héléna Klotz est née en 1979 et a grandi en banlieue Parisienne. Elle débute sa carrière au théâtre avec Bruno Bayen comme assistante à la mise en scène puis créatrice sonore. En 2003, elle réalise le moyen métrage Le Léopard ne se déplace jamais sans ses tâches accueilli au festival de Locarno et primé à Aix-en-Provence, Pantin et Créteil. Elle travaille ensuite pour le site internet des Cahiers du Cinéma et réalise une série de modules vidéos.

Film(s) présenté(s): 

Hélène Angel

Étudiante à la FEMIS à Paris de 1987 à 1991, Hélène Angel y réalise deux courts métrages, dans un style oscillant entre la comédie et le réalisme social. Son troisième court, La Vie parisienne (1995), remporte de nombreux prix dans différents festivals.  Elle passe au long avec succès en 1999 avec Peau d'homme, coeur de bête, une tragédie familiale vécue par deux petites filles entre réalisme et onirisme qui obtient le Léopard d'or à Locarno.

Film(s) présenté(s): 

Hélène Zimmer

Après des études de lettres, Hélène Zimmer écrit et réalise son premier long métrage, A 14 ans, une chronique portant sur trois adolescentes durant leur dernière année au collège. Elle co-scénarise en 2013 avec Benoit Jacquot l’adaptation du roman d’Octave Mirbeau, Le Journal d’une femme de chambre.

Hiam Abbas

Hiam Abbass est née en 1960 et a grandi dans un village du nord de la Galilée, en Israël. Après des études de photographie à Haïfa, Hiam Abbass s’installe en France à la fin des années 80, où elle démarre sa carrière de comédienne au cinéma. Elle accède à la notoriété grâce à son rôle de mère de famille s’adonnant à la danse du ventre dans Satin rouge de la tunisienne Raja Amari.

Film(s) présenté(s): 

Hong Sang-soo

Hong Sangsoo a fait sensation en 1996 avec un premier film intitulé Le jour où le cochon est tombé dans le puits. Depuis, avec chacun des 19 films qu'il a écrits et réalisés, Hong s'est appliqué à échafauder une architecture hautement complexe et ordonnée alors qu'en surface, il donne l'illusion d'un heureux hasard, grâce à la spontanéité de ses personnages. Renommé pour son langage cinématographique unique et pour son esthétique cinématographique si personnelle et totalement inédite, Hong Sangsoo est considéré comme un des auteurs les plus importants du cinéma coréen contemporain.

Hou Hsiao-Hsien

Après des études de cinéma à l’Académie nationale d’art de Taïwan, Hou Hsiao-Hsien réalise son premier long métrage en 1980 Cute girl, qui remporte un franc succès en salles. En 1984, Les Garçons de Fengkuei est primé au festival des 3 Continents ; suivent trois autres oeuvres très personnelles, Un Été chez grand-père, Un temps pour vivre, …

Film(s) présenté(s): 

Ida Panahandeh

Ida Panahandeh est née en 1979 à Téhéran. Elle est diplômée en réalisation et photographie. Elle a commencé à faire des films quand elle était étudiante à l’université des arts de Téhéran et a réalisé plusieurs courts métrages. Elle a ensuite été invitée à diriger des téléfilms pour la télévision< d’état iranienne ce qui lui a valu d’être primée dans différents festivals de télévision nationaux. En 2009, elle a été conviée à participer au programme «Talent Campu » du festival de Berlin avec

Film(s) présenté(s): 

Ilan Klipper

Ilan Klipper fait son entrée dans le cinéma par le biais du documentaire. Ses premiers films s’inscrivent dans la tradition du cinéma direct. Il coréalise avec Virgil Vernier un diptyque sur la police, Flics et Commissariat, puis un court-métrage documentaire Pandore, notamment présélectionné aux César du meilleur court-métrage. Il explore également la psychiatrie avec Sainte-Anne diffusé dans la case Grand Format d’Arte et primé au Festival de Nyon.

Ioanis Nuguet

Né en 1983, Ioanis Nuguet part étudier la danse et le théâtre balinais en Indonésie de 2000 à 2002. A son retour en France, il crée plusieurs spectacles à partir de cette expérience et réalise un documentaire sur la transmission au sein d'une famille d'artistes balinais. En 2010 il réalise le court métrage Exposés à disparaître. En 2011, après quatre ans passés sur des terrains rroms en Seine-Saint-Denis, il commence le tournage de Spartacus & Cassandra.

Isabelle Broué

Diplômée de la FEMIS en 1994, Isabelle Broué a notamment réalisé quatre courts et moyens-métrages dont A corps perdu présenté à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes en 2000, un documentaire de 52 mn, Henri Cartan, une vie de mathématicien (1995), un téléfilm pour Arte dans la collection « Petites caméras »,Paris-Deauville 2000) et un long-métrage sorti en salles en 2004 Tout le plaisir est pour moi, avec Marie Gillain, qui avait rassemblé un peu plus de 200 000 spectateurs. Lutine est son second long-métrage.

Film(s) présenté(s): 

Ivo M. Ferreira

Ivo M. Ferreira

Ivo M. Ferreira est né à Lisbonne en 1975. Le goût pour le cinéma lui est venu très tôt : après avoir terminé ses études en Ecole d’Art avec un diplôme en photographie et communication audiovisuelle, il suit des cours à la London Film School ainsi qu’à l’Université de Budapest. Lors d’un séjour à travers l’Asie, il rejoint Macao où il réalise et produit son premier documentaire. Il est ensuite invité par EXPO98 à réaliser un second film.

Film(s) présenté(s): 

Jacques Doillon

En 1966, Jacques Doillon travaille sur Soy Mexico et Trans Europ Express d’Alain Robbe-Grillet puis comme monteur. Il fait ses premiers pas de réalisateur avec des courts métrages dont On ne se dit pas tout entre époux sur un scénario de Gébé qui signe également celui de L’an 01. Avec Les Doigts dans la tête, le réalisateur impose son style : des acteurs amateurs et une histoire simple pour un film sur la jeunesse. La Drôlesse est un film d’une grande tendresse qui réunit deux laissés-pour-compte qui se créent leur monde loin des adultes.

Jaime Rosales

Jaime Rosales est né à Barcelone en 1970. Après avoir suivi des études de commerce à ESADE, il reçoit une bourse en 1996 qui constituera l’impulsion décisive à sa formation cinématographique, pour étudier le cinéma au sein de la prestigieuse École Internationale de Cinéma et Télévision de San Antonio de los Baños (EICTV) à la Havane, puis à l’Australian Film Television and Radio School (AFTRS) à Sydney. Avec sa maison de production Fresdeval Films, depuis l’année 2000, il a développé la totalité de ses projets comme réalisateur.

Film(s) présenté(s): 

Jan P. Matuszynski

Né en Pologne en 1984, Jan P. Matuszynski est diplômé en Réalisation de la Krzysztof-Kieslowski Faculty of Radio and Television de l’université de Silésie de Katowice. Il suit également le cursus documentaire de la Wajda School de Varsovie. The Last Family est son premier long métrage de fiction. Il vaut le Prix d’interprétation masculine à Andrzej Seweryn au Festival de Locarno 2016.

Film(s) présenté(s): 

Jean Pierre Améris

Né en 1961 à Lyon, Jean-Pierre Améris suit les cours de l’IDHEC à Paris puis réalise des courts métrages dont Intérim, qui recevra le Grand Prix du festival de Clermont-Ferrand en 1988. Son premier long métrage, Le Bateau de mariage (1992) est sélectionné dans plusieurs festivals internationaux et obtient le Prix de la jeunesse au Festival de Tübingen. Il alterne ensuite fictions et documentaires, avant de livrer Les Aveux de l’innocent, primé plusieurs fois au festival de Cannes en 1996 : Prix de la Semaine de la critique, Prix de la Jeunesse et Grand Rail d’or.

Jean-Claude Brisseau

Longtemps, Jean-Claude Brisseau réalise des films tout en enseignant le français dans un collège de la région parisienne.

Vers le milieu des années 1970, il achète une caméra Super 8 sonore, et réalise, pendant ses congés La Croisée des chemins. Le film est vu par Maurice Pialat et par Éric Rohmer.

Grâce à ce dernier, Brisseau obtient le soutien de l’INA, qui produit ses premiers films, La Vie comme ça, puis Un jeu brutal.

Pages

Share