Réalisateurs

Mehran Tamadon

Architecte et réalisateur iranien, Mehran Tamadon retourne vivre quelques années en Iran après avoir terminé ses études d’architecture à Paris. À partir de 2002, il opte pour une carrière résolument artistique. Il monte l’installation artistique «Le regard d’un flâneur» lors de l’exposition d’art conceptuel du Musée d’art contemporain de Téhéran, publie deux essais en langue persane («Moments d’agonie» en 2003 et «L’amitié» en 2005), puis réalise, en 2004, son premier moyen métrage documentaire, Behesht Zahra, mères de martyrs.

Film(s) présenté(s): 

Meni Yaesh

Meni Yaesh est né en 1980 à Bat Yam en Israël, où il vit actuellement. Il a étudié le cinéma à l’école Camera Obscura, puis à la Minshar School for Art de Tel Aviv. Il a réalisé deux courts métrages, Eliko (2007), sélectionné aux festivals de Jérusalem, Kiev (mention du jury) et au Social Film Forum de Saint-Pétersbourg, et Blood Parking (2010), mention spéciale au 13ème festival des films étudiants de Tel Aviv. Blood Parking a été acheté par Canal plus.

Film(s) présenté(s): 

Merzak Allouache

Merzak Allouache est né à Bab el Oued à Alger. Il étudie le cinéma à l’Institut National du Cinéma d’Alger et termine son cursus à l’IDHEC en 1967 et à l’ORTF en 1968. Il travaille comme assistant sur quelques films et réalise des documentaires et des émissions humoristiques pour la télévision algérienne. En 1976, il réalise son 1er long métrage Omar Gatlato présenté à la Semaine de la Critique.

Film(s) présenté(s): 

Mia Hansen-Løve

En 1998, Mia Hansen-Løve, encore lycéenne, obtient son premier rôle au cinema dans Fin aout, debut septembre d’Olivier Assayas. En 2001, elle entre au Conservatoire d’art dramatique qu’elle quitte deux ans après. Puis elle collabore comme critique à la rédaction des Cahiers du Cinéma jusqu’en 2005. Après la réalisation de courts métrages, elle signe en 2006 son premier long métrage, Tout est pardonné, presenté à la Quinzaine des Réalisateurs et salué par le prix Louis Delluc du premier film.

Film(s) présenté(s): 

Michael Sturminger

Michael Sturminger est un scénariste et metteur en scène freelance pour le cinéma, le théâtre, et l’opéra. Cherchant constamment à créer de nouveaux ponts entre la musique classique et le théâtre contemporain, l’oeuvre de Mozart a joué un rôle majeur dans sa carrière. En 2006 ses expérimentations l’ont conduit à créer un opéra original I Hate Mozart (Je hais Mozart).

Miguel Gomes

Né en 1972 à Lisbonne, Miguel Gomes fait ses études à l’Institut cinématographique et théâtral de Lisbonne et travaille comme critique de cinéma pour la presse portugaise entre 1996 et 2000. Il a réalisé plusieurs courts métrages sélectionnés entre autres aux festivals d’Oberhausen, Belfort, Vila do Conde, Rotterdam, Buenos Aires, Vienne. La Gueule que tu mérites en 2004, était son premier long métrage.

Mike Leigh

D'abord auteur et metteur en scène de théâtre, Mike Leigh réalise son premier film en 1971 Bleak moments, qui obtient le grand prix du meilleur film à Locarno et à Chicago. Mike Leigh retourne sur les planches, tourne de nombreux téléfilms et revient au cinéma en 1988 avec High Hopes. Il obtient sa première reconnaissance publique en 1993 avec Naked : prix de la mise en scène et d'interprétation masculine pour David Thewlis au festival de Cannes. Secrets et mensonges gagne la Palme d'or et le prix d'interprétation féminine pour Brenda Blethyn.

Film(s) présenté(s): 

Mikhaël Hers

Mikhaël Hers est né le 6 février 1975 à Paris. Il étudie en département production à La fémis, dont il sort diplômé en 2004. Il réalise ensuite trois courts métrages remarqués : Charell (présenté à la Semaine de la Critique, festival de Cannes 2006), Primrose Hill (également présenté à la Semaine de la critique, festival de Cannes 2007, et primé à Clermont Ferrand) et Montparnasse (présenté à la Quinzaine des réalisateurs, festival de Cannes 2009, et lauréat du prix Jean Vigo).

Mohamed Ben Attia

Ben Attia Mohamed

Mohamed Ben Attia est né à Tunis en 1976. Il a suivi des études de communication audiovisuelle à l’université de Valenciennes, en France, après l’obtention de son diplôme de l’Institut des Hautes Études Commerciales (IHEC) de Tunis en 1998. Il a réalisé 5 courts métrages : Romantisme : deux comprimés matin et soir (2004), Kif Lokhrin (poulain d’argent au FESPACO 2006), Mouja (2008), Loi 76 (2011) et Selma (2013), sélectionné en compétition internationale au Festival du court métrage de Clermont-Ferrand en 2014. Tous ses films ont été produits par Dora Bouchoucha.

Film(s) présenté(s): 

Mohammad Rasoulof

Né à Shiraz en 1973, Mohammad Rasoulof réalise six courts métrages et travaille comme assistant pour de nombreux réalisateurs. Son premier long, Le Crépuscule, a obtenu des prix dans le monde entier. Depuis, Mohammad Rasoulof a mis en scène trois autres longs dont le documentaire The White Meadows. En décembre 2010, il est condamné à six ans de prison par le gouvernement iranien pour propagande contre le régime de son pays.

Film(s) présenté(s): 

Morgan Simon

Morgan Simon

Après des études de biologie et de communication, Morgan Simon intègre le département scénario de La Fémis.  En compétition nationale au Festival de Clermont-Ferrand en 2015, son film Essaie de mourir jeune est nommé au César du meilleur court-métrage en 2016.Son premier long-métrage, Compte tes blessures, est présenté à l’Atelier de la Cinéfondation au Festival de Cannes en 2015. Kévin Azaïs et Nathan Willcocks, ses deux interprètes, figuraient déjà au générique de ses précédents courts métrages.

Nanni Moretti

Nanni Moretti fait une entrée remarquée dans le cinéma italien avec Je suis un autarcique en 1976. Moretti utilise un humour corrosif pour exprimer ses sentiments sur la gauche italienne, le cinéma traditionnel et l'incompétence de la critique. Dans Sogni d'oro, il livre en vrac les interrogations sur sa vie privée, sur le monde du cinéma et de la télévision. Avec La Messe est finie (Ours d’Argent à Berlin) il continue d'explorer les rapports aux autres.

Film(s) présenté(s): 

Naomi Kawase

Naomi Kawase est né e le 30 mai 1969, à Nara au Japon, élevée par sa grande-tante et son grand-oncle, après avoir été abandonnée par ses parents. Elle est l'une des rares réalisatrices japonaises a avoir réussi dans le cinéma indépendant. Son premier film Suzaku, réalisé en 1996, est récompensé d'une Caméra d'or au Festival de Cannes 1997. Son film la Forêt de Mogari remporte le Grand Prix du Jury au Festival de Cannes 2007. L'intimité est l'un des thèmes de prédilection de la réalisatrice qui s'inspire souvent de ses propres expériences.

Film(s) présenté(s): 

Nicolas Pariser

Né à Paris en 1974, Nicolas Pariser fait des études de droit, de philosophie et d’histoire de l’art avant de commencer une carrière de critique au magazine Sofa. Il travaille ensuite avec le réalisateur Pierre Rissient pendant quatre ans. Il réalise son premier court métrage, Le Jour où Ségolène a gagné, en 2008, puis signe l’année suivante le moyen métrage La République, lauréat du prix Jean Vigo. En 2013, son court métrage Agit Pop est sélectionné à la Semaine de la Critique à Cannes. Le Grand Jeu (2015) est son premier long métrage.

Film(s) présenté(s): 

Nicole Garcia

Nicole Garcia, quitte son Algérie natale et s'inscrit. en facultéde droit puis intègre le Conservatoire où elle obtient un premier prix de Comédie moderne en 1969.Elle est très Vite à l‘affiche de nombreux films et elle décroche le César du meilleur second rôle féminin en 1978 pour Le Carreleur de de Broca Le succès de la saga de Lelouch Les Uns et les autres, j asseoit 1a popularité de l'actrice qui, dans les années 80, incarne avec énergie et sensibilité les différents visages de la femme moderne. Nicole Garcia entame ensuite une carrière de réalisatrice.

Nikolaj Arcel

Né le 25 août 1972 au Danemark, Nikolaj Arcel est diplômé de la National Film School of Denmark. Son film de fin d’étude Woyzeck’s Last Symphony a remporté des prix prestigieux à Munich, Clermont Ferrand et Tel Aviv où il a reçu le Prix du réalisateur le plus prometteur. Il a écrit le scénario du film pour enfants Catch That Girl (2002) qui a également reçu de nombreux prix.

Nobuhiro Suwa

Nobuhiro Suwa est né à Hiroshima (Japon) en 1960. Il réalise des documentaires puis des fictions. Son film M/Other présenté à La Quinzaine des Réalisateurs en 1999 (Prix FIPRESCI) le fait connaître.
Il remporte le Prix Spécial du Jury et le prix CICAE à Locarno en 2005 pour Un couple parfait avec Valéria Bruni-Tedeschi et Bruno Todeschini. En 2009, il coréalise avec Hippolyte Girardot Yuki & Nina sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs.

Olivier Assayas

Olivier Assayas

Olivier Assayas débute comme critique de cinéma, travaillant aux Cahiers du cinéma et Rock & Folk durant les années 1980. Fasciné par l'Asie, il dirigera un numéro spécial des Cahiers du cinéma sur le cinéma asiatique. Après avoir réalisé plusieurs court-métrages, il passe au long-métrage avec Désordre en 1986. En 1996, il obtient la reconnaissance du public avec Irma Vep, film hommage à Louis Feuillade. En 2004, il tourne avec Maggie Cheung Clean où elle interprète une toxicomane qui tente de s'en sortir.

Film(s) présenté(s): 

Otar Iosseliani

Né en 1934 en Géorgie, Otar Iosseliani, diplômé de l’école de cinéma de Moscou, tourne Avril puis La Chute des feuilles. Avec ses deux autres films géorgiens, Il était une fois un merle chanteur et Pastorale, Otar Iosseliani affine son art de la distance contemplative dans un style proche de celui de Tati, son maître revendiqué. Malgré sa renommée internationale, ses films sont interdits, il décide alors de s’établir en France et réalise Les Favoris de la lune, une comédie au burlesque noir avec laquelle il obtient le Grand prix spécial du Jury à la Mostra de Venise.

Film(s) présenté(s): 

Ounie Lecomte

Ounie Lecomte a 9 ans lorsqu’elle quitte la Corée du Sud pour la France, où elle est adoptée par une famille protestante. En 1989, elle intègre le Studio Berçot pour y suivre des cours de stylisme tout en participant à des courts métrages amateurs qui nourrissent son attrait pour le cinéma. En 1991, elle interprète le rôle d’Agathe dans Paris s'éveille d’Olivier Assayas, avant de partir en Corée tourner Seoul Metropolis sous la direction de Seo Myung-Soo. Le film< restera à l’état de projet, mais il lui permet de renouer avec son pays d’origine.

Pages

Share