Réalisateurs

Naomi Kawase

Naomi Kawase est né e le 30 mai 1969, à Nara au Japon, élevée par sa grande-tante et son grand-oncle, après avoir été abandonnée par ses parents. Elle est l'une des rares réalisatrices japonaises a avoir réussi dans le cinéma indépendant. Son premier film Suzaku, réalisé en 1996, est récompensé d'une Caméra d'or au Festival de Cannes 1997. Son film la Forêt de Mogari remporte le Grand Prix du Jury au Festival de Cannes 2007. L'intimité est l'un des thèmes de prédilection de la réalisatrice qui s'inspire souvent de ses propres expériences.

Nicolas Pariser

Né à Paris en 1974, Nicolas Pariser fait des études de droit, de philosophie et d’histoire de l’art avant de commencer une carrière de critique au magazine Sofa. Il travaille ensuite avec le réalisateur Pierre Rissient pendant quatre ans. Il réalise son premier court métrage, Le Jour où Ségolène a gagné, en 2008, puis signe l’année suivante le moyen métrage La République, lauréat du prix Jean Vigo. En 2013, son court métrage Agit Pop est sélectionné à la Semaine de la Critique à Cannes. Le Grand Jeu (2015) est son premier long métrage.

Film(s) présenté(s): 

Nicole Garcia

Nicole Garcia, quitte son Algérie natale et s'inscrit. en facultéde droit puis intègre le Conservatoire où elle obtient un premier prix de Comédie moderne en 1969.Elle est très Vite à l‘affiche de nombreux films et elle décroche le César du meilleur second rôle féminin en 1978 pour Le Carreleur de de Broca Le succès de la saga de Lelouch Les Uns et les autres, j asseoit 1a popularité de l'actrice qui, dans les années 80, incarne avec énergie et sensibilité les différents visages de la femme moderne. Nicole Garcia entame ensuite une carrière de réalisatrice.

Film(s) présenté(s): 

Nikolaj Arcel

Né le 25 août 1972 au Danemark, Nikolaj Arcel est diplômé de la National Film School of Denmark. Son film de fin d’étude Woyzeck’s Last Symphony a remporté des prix prestigieux à Munich, Clermont Ferrand et Tel Aviv où il a reçu le Prix du réalisateur le plus prometteur. Il a écrit le scénario du film pour enfants Catch That Girl (2002) qui a également reçu de nombreux prix.

Film(s) présenté(s): 

Nobuhiro Suwa

Nobuhiro Suwa est né à Hiroshima (Japon) en 1960. Il réalise des documentaires puis des fictions. Son film M/Other présenté à La Quinzaine des Réalisateurs en 1999 (Prix FIPRESCI) le fait connaître.
Il remporte le Prix Spécial du Jury et le prix CICAE à Locarno en 2005 pour Un couple parfait avec Valéria Bruni-Tedeschi et Bruno Todeschini. En 2009, il coréalise avec Hippolyte Girardot Yuki & Nina sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs.

Nuri Bilge Ceylan

Nuri Bilge Ceylan est né à Istanbul en 1959. Après des études d'ingénieur chimiste et d'ingénieur électrique, il fait son service militaire puis étudie le cinéma à l'université Mimar Sinan, tout en pratiquant la photographie commerciale pour gagner sa vie.

Film(s) présenté(s): 

Ognjen Glavonić

Ognjen Glavonić est né en 1985 à Pančevo en Yougoslavie. Ses courts-métrages ont été sélectionnés dans plus d’une cinquantaine de festivals internationaux. Živan makes a punk festival (2014), son premier documentaire, a été projeté en avant-première au Festival Cinéma du Réel avant d’être sélectionné au Festival International du Film de Rotterdam et au Festival International du Film Indépendant de Lisbonne. Son documentaire Depth two (2016) a été présenté en première mondiale au Forum de la Berlinale et été récompensé du Prix du meilleur film dans de nombreux festivals.

Olivier Assayas

Olivier Assayas

Né à Paris en 1955, Olivier Assayas se dirige très vite vers l'industrie du cinéma. A la fin de ses études, il sort diplômé des Beaux-Arts. En 1996, Irma Vep lui vaut une sélection dans la section Un Certain Regard à Cannes. Il participe à la réalisation collective de Paris, je t’aime puis de Chacun son cinéma. En 2012, Olivier Assayas décroche le Prix du meilleur scénario à la Mostra de Venise pour son film Après mai. Deux ans plus tard, il revient avec Sils Maria, avec Kristen Stewart qu’il retrouve ensuite pour Personal shopper.

Otar Iosseliani

Né en 1934 en Géorgie, Otar Iosseliani, diplômé de l’école de cinéma de Moscou, tourne Avril puis La Chute des feuilles. Avec ses deux autres films géorgiens, Il était une fois un merle chanteur et Pastorale, Otar Iosseliani affine son art de la distance contemplative dans un style proche de celui de Tati, son maître revendiqué. Malgré sa renommée internationale, ses films sont interdits, il décide alors de s’établir en France et réalise Les Favoris de la lune, une comédie au burlesque noir avec laquelle il obtient le Grand prix spécial du Jury à la Mostra de Venise.

Film(s) présenté(s): 

Ounie Lecomte

Ounie Lecomte a 9 ans lorsqu’elle quitte la Corée du Sud pour la France, où elle est adoptée par une famille protestante. En 1989, elle intègre le Studio Berçot pour y suivre des cours de stylisme tout en participant à des courts métrages amateurs qui nourrissent son attrait pour le cinéma. En 1991, elle interprète le rôle d’Agathe dans Paris s'éveille d’Olivier Assayas, avant de partir en Corée tourner Seoul Metropolis sous la direction de Seo Myung-Soo. Le film< restera à l’état de projet, mais il lui permet de renouer avec son pays d’origine.

Pablo Giorgelli

Pablo Giorgelli a fait des études de cinéma à l’Universidad del Cine de Manuel Antín. Il a suivi des formations en théâtre, montage et dramaturgie avec différents spécialistes. En tant que réalisateur et scénariste, il a travaillé sur plusieurs documentaires télé. Comme monteur, il a travaillé notamment sur Moebius (1995) de Gustavo Mosquera et sur Solo por Hoy (2001) d’Ariel Rotter.

Film(s) présenté(s): 

Pablo Larraín

Pablo Larrain

Pablo Larraín est né à Santiago du Chili en 1976. Il fonde en 2003 avec son père et son frère la société Fabula, chargée du développement de projets audiovisuels. Comme la plupart des cinéastes chiliens, Pablo Larraín est marqué par la dictature de Pinochet. Si son premier long métrage Fuga n'y fait pas directement référence, Tony Manero en revanche, a pour toile de fond le régime autoritaire. Le film est sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs.

Pablo Trapero

Pablo Trapero débute sa carrière en 1999 avec la sortie de son premier film Mundo Grúa. Ce film en 16mm et en noir et blanc a été un point de rupture dans le cinéma argentin et a encouragé des dizaines de jeunes réalisateurs à se lancer dans leur première réalisation. Mundo Grúa a été présenté à Venise, récoltant récompenses et acclamations critiques dans les festivals du monde entier. En 2002, son second film, El Bonaerense, présenté dans la section Un Certain Regard à Cannes, est lui aussi salué par la critique et le public.

Film(s) présenté(s): 

Patrice Leconte

Né en 1947, Patrice Leconte entre à l'IDHEC en 1967. Il réalise de nombreux courts métrages, puis publie des bandes dessinées au Journal Pilote. Après l’échec de ses deux premiers longs métrages, il adapte la pièce à succès de la troupe du Splendid sous le titre Les Bronzés. Le film devient culte dès sa sortie et Les Bronzés font du ski remporte le même succès. Patrice Leconte tourne trois comédies, avant de réaliser son premier film d'action, Les Spécialistes. Il se tourne alors vers un cinéma plus personnel à la lisière du cinéma d'auteur.

Film(s) présenté(s): 

Patricia Mazuy

Patricia Mazuy est née à Dijon en 1960. Après une année préparatoire au Lycée Henri IV, elle commence des études à HEC, où elle s'occupe surtout du ciné-club. Lors d'un séjour aux États-Unis où elle rencontre Agnès Varda (en tournage de Murs Murs et Documenteur), Patricia Mazuy décide d'abandonner HEC et de se consacrer au cinéma. Elle réalise à Los Angeles un court-métrage qu'elle monte elle-même avec l'aide de Sabine Mamou et d'Agnès Varda. Sabine Mamou lui permet de commencer une carrière de monteuse en l'assistant sur Une Chambre en ville.

Film(s) présenté(s): 

Pedro Pinho

Né en 1977, Pedro Pinho est diplômé de l’école de cinéma de Lisbonne, de l’École Nationale Supérieure Louis-Lumière à Paris et de la London Film School. En 2008, il fonde avec d’autres réalisateurs le collectif de production Terratreme Filmes qui joue un rôle central dans la production et la mise en avant de nouveaux talents du cinéma portugais. L’Usine de rien, présenté à la Quinzaine des Réalisateurs, a reçu le Prix Fipresci des Sections parallèles, Cannes 2017.

Peter Greenaway

Peter Greenaway commence sa carrière dans la peinture, l'écriture et l'illustration de livres. Il débute au cinéma en 1965 comme monteur et en réalisant des courts métrages expérimentaux. En 1980,11 réalise The kils, un premier long métrage déja porteur d'un ton et d‘une originalité hors norme. Il est reconnu internationalement avec Meurtre dans un jardin anglais, drame érotique sur fond d'art pictural. Il construit une carrière Jalonnée d'œuvres ambitieuses, expérimentales, souvent cruelles et violentes, dont la mise en scène privilégie la lenteur et le sublime.

Phan Dang Di

Phan Dang Di est né en 1976 au Vietnam. Il étudie le cinéma à l'Académie de Théâtre et de Cinéma d'Hanoï et réalise son premier court métrage en 2005, Lotus. Son second court métrage Quand j’aurai 20 ans est sélectionné au festival de Venise en 2008. En 2009, le film Vertiges de Bui Thac Chuyen, dont Phan Dang Di est scénariste, est également sélectionné à Venise. Par ailleurs, il enseigne l’histoire du cinéma et l’écriture de scénario à l’Université d’Hanoï.

Film(s) présenté(s): 

Philippe Beziat

Philippe Béziat a réalisé de nombreux documentaires ainsi que plusieurs courts métrages de fiction dont Musica da camera d’après Madrigals 3 de Georges Crumb, Le JT, petit opéra d’après Fearful Symmetries de John Adams et 5 heure 5 à partir de Hungarian Rock, pièce pour clavecin de Ligeti. Lors de l’édition 2007 du Verbier Festival, Philippe Béziat réalise la première diffusion en direct sur le web de 11 concerts (cinq de ces captations seront ensuite diffusées à la télévision).

Film(s) présenté(s): 

Philippe Faucon

Philippe Faucon est né en 1958 à Oujda au Maroc. Titulaire d'une maîtrise de Lettres à l'Université d'Aix-en Provence, il réalise son premier long métrage, L'Amour en 1990, dans lequel il évoque avec tendresse le quotidien de jeunes banlieusards. Ce coup d'essai très remarqué décroche à Cannes le Prix de la section Perspectives du cinéma français. Après ce portrait de groupe, Philippe Faucon construira la plupart de ses films suivants autour d'un seul personnage, tout en continuant de mêler interrogations intimes et questions de société.

Pages

Share